Carte postale envoyée par Lucile de son pays natal, la Suisse

Lucile Tour du monde avec une SEP

Il y a quatre ans, mon ami et moi-même avons voyagé en Amérique centrale pendant trois mois et nous y avons attrapé la fièvre du voyage. Nous nous sommes juré qu’un jour nous ferions un plus long voyage ensemble. Le moment est maintenant venu et nous partons pour un tour du monde d’une année entière. Nous avons prévu en gros le trajet suivant: Afrique du Sud – Sri Lanka – Sud-Est asiatique – Japon – Nouvelle-Zélande – Amérique du Sud.

Une aventure bien préparée

En voyage, je me sens libre et vivante! Vous pouvez vivre chaque jour en pleine conscience, sans télé, sans contrainte de temps et sans obligations. Nous découvrons d’autres cultures, des gens, des traditions et des températures nouvelles, des animaux et des cuisines inconnues. Bref, tout ce qui me fascine.

Voyager avec une sclérose en plaques implique une planification encore plus complexe qu’autrement. Je dois prendre des médicaments. Il fallait donc que je prévoie comment pouvoir les avoir pour toute la durée de notre tour du monde. En plus, j’avais égaré mon carnet de vaccination et ma doctoresse a dû «bidouiller» pour savoir les vaccins qu’il me fallait encore. Je ne crois pas être une personne très organisée, avec moi tout est assez chaotique et spontané. Je suis plutôt du type: «moins j’en sais, mieux je me porte (encore)». Quand je parlais de mes projets de voyage avec différentes personnes, je me rendais compte que cela me rendait plutôt nerveuse au lieu de m’aider. «Qu’est-ce qu’en dit ton médecin?», «Mais il faut bien que tu prennes régulièrement tes médicaments?», «Est-ce que tu vas supporter la chaleur dans tous ces pays avec ta sclérose en plaques?», «Et qu’est-ce que tu vas faire si tu as une poussée?», c’était leur façon de réagir. Vraiment, quand j’y repense, j’en ai encore la chair de poule. Là, je ne veux pas dire que je ne pense pas à ma maladie, mais moins je me fais de soucis, mieux cela vaut pour ma maladie. Bien sûr, je dois prendre régulièrement mes médicaments, mais cela ne m’empêche pas de réaliser mon rêve de faire le tour du monde. Pour être sincère, je ne me suis pas posé la question de savoir ce qui se passerait si je devais avoir une poussée pendant le voyage. Et vous savez pourquoi? Parce que j’ai tout simplement décidé de vivre NORMALEMENT.

To travel is to live.
Hans Christian Andersen

Alors, comment prépare-t-on finalement un tel voyage? J’ai parlé du voyage avec ma neurologue. Je suis heureuse qu’elle me soutienne totalement dans ce projet et qu’elle m’ait beaucoup encouragée. J’ai passé au préalable un IRM, bien que le résultat ne m’intéresse pas spécialement.

Ce à quoi il faut penser

Alors, comment prépare-t-on finalement un tel voyage? J’ai parlé du voyage avec ma neurologue. Je suis heureuse qu’elle me soutienne totalement dans ce projet et qu’elle m’ait beaucoup encouragée. J’ai passé au préalable un IRM, bien que le résultat ne m’intéresse pas spécialement.

J’ai mon passeport Médicaments que j’ai fait traduire en anglais et en espagnol pour ne pas avoir de problèmes dans les aéroports des différents pays. Les démarches pour avoir mes médicaments pour une année sont très complexes. Il est préférable de s’y prendre assez à l’avance. Quand on veut faire un tour du monde, non seulement il faut régler pas mal de choses avec les médecins, mais se procurer les médicaments n’a pas été simple. La dame à la pharmacie ne comprenait pas très bien ce que cela signifie de partir faire un tour du monde pendant un an et trouvait compliqué de me fournir mes médicaments. Dans des moments comme ceux-là, la moutarde me monte un peu au nez, mais j’ai respiré profondément et expliqué à cette dame qu’il serait gentil de sa part de ne pas me mettre des bâtons dans les roues. Après plusieurs tentatives et coups de téléphone, ça a fini par marcher et je peux partir bien pourvue. C’est dans de telles situations que l’on se sent quand même différente. Je ne pense pas être la première personne qui soit obligée de suivre un traitement et qui parte faire un long voyage, n’est-ce pas?

Ce que j’emporte?

Dans cette galerie de photos, vous pouvez voir exactement tout ce que mon ami et moi emportons pour notre voyage:

J’ai aussi démissionné de mon travail et résilié tous mes abonnements comme transports en communs, téléphone portable, journaux, etc. J’ai casé mon chat chéri chez ma maman où il est dans les meilleures mains possibles, et notre appartement est sous-loué au frère de mon ami.

0