Aller au contenu principal
roche logo
Choisir le thème
Choisir le thème
Thema
Fokus mensch
Vieux couple avec lymphome lors d'une promenade en forêt
Traiter

Diverses options thérapeutiques

Il existe de nombreuses options pour traiter un lymphome. Le traitement dépend du type de lymphome et inclut en règle générale une ou plusieurs des possibilités suivantes.

Anchor-Menu:

Chimiothérapie

La chimiothérapie désigne l’ensemble des traitements par médicaments, appelés les cytostatiques. Il s’agit de médicaments qui inhibent la division des cellules à croissance rapide ou empêchent leur prolifération. Les chimiothérapies ne sont pas spécifiques, autrement dit, elles attaquent toutes les cellules à mitose rapide, y compris les cellules saines, notamment celles des cheveux et des muqueuses.

Inhibiteurs de tyrosine kinase

Une approche de traitement repose sur la découverte de récepteurs sensoriels (récepteurs de facteurs de croissance) qui font saillie dans la cellule. Un récepteur de facteur de croissance reçoit hors de la cellule le signal de croissance et transmet ce signal dans la cellule, comme un messager. Le signal de croissance active certaines protéines, appelées tyrosines kinases, qui se trouvent sur la partie inférieure du récepteur. Les cellules cancéreuses produisent plus de récepteurs de facteur de croissance sur la membrane cellulaire que les cellules saines, stimulant ainsi plus fortement la division cellulaire et la croissance de la tumeur. La tyrosine kinase, dans les cellules cancéreuses, est en permanence en activité. C’est là qu’interviennent les inhibiteurs de croissance, ou inhibiteurs de tyrosine kinase. Il s’agit de molécules minuscules qui peuvent s’infiltrer de l’extérieur dans la cellule en traversant la paroi cellulaire. Elles colonisent alors le récepteur à l’intérieur de la cellule et interrompent la chaîne de signalisation qui induit la division cellulaire, ce qui ralentit fortement la croissance cellulaire.

Traitements par anticorps

Les traitements par anticorps combattent le cancer d’une part en mobilisant le système immunitaire du corps. D’autre part, on emploie des anticorps thérapeutiques pour trouver et détruire des cellules spécifiques dans le corps. Dans le cas du lymphome des cellules B, les anticorps peuvent combattre de manière ciblée les cellules B dénaturées. Les anticorps sont souvent combinés à une chimiothérapie.

Radiothérapie

En radiothérapie, pratiquée le plus souvent après une intervention chirurgicale, des rayons de haute énergie attaquent les cellules cancéreuses pour qu’elles ne puissent plus se multiplier et meurent. Ils détruisent donc les cellules tumorales qui auraient pu subsister et augmentent considérablement les chances de guérison. Le rayonnement ne vise qu’une zone préalablement délimitée avec précision afin de ménager les organes voisins comme le cœur ou les poumons.

La radiothérapie peut provoquer une sensation de brûlure sur la peau, comparable à un coup de soleil. Elle peut souvent aussi être accompagnée de fatigue et de malaise.

Transplantation de cellules souches

En cas de résultat insuffisant d’une radiothérapie ou d’une chimiothérapie pour traiter une leucémie ou un lymphome, ou en cas de récidive, une transplantation de cellules souches du sang ou de la moelle osseuse est souvent la seule chance de guérison pour les patients concernés.

Dans le cadre de cette procédure, les cellules souches sanguines d’un donneur sont administrées à un receveur. On distingue globalement la transplantation autologue et la transplantation allogène de cellules souches. En cas de transplantation autologue, le donneur est également le receveur, alors que lors d’une transplantation allogène, le receveur (patient) reçoit des cellules souches sanguines d’un donneur sain.

Pour de nombreuses personnes atteintes de leucémie, un don de moelle osseuse ou de cellules souches du sang offre une chance de guérison.
Une femme atteinte d'un lymphome plante des fleurs
Pour de nombreuses personnes atteintes de leucémie, un don de moelle osseuse ou de cellules souches du sang offre une chance de guérison.

Traitement des différents types de lymphomes

Traitement de LF

Le traitement du lymphome folliculaire (LF) dépend du stade de la maladie et de la condition physique générale du patient. Avec le développement de nouvelles approches dans le traitement du cancer, diverses thérapies sont aujourd’hui disponibles. La radiothérapie est recommandée à un stade précoce.

Le traitement fréquemment utilisé comprend une chimiothérapie et un traitement par anticorps. C’est ce que l’on appelle la chimio-immunothérapie.

Le choix de la stratégie thérapeutique dépend de différents facteurs et la décision de traitement est prise individuellement pour chaque patient. Votre médecin parlera avec vous de la thérapie mise en œuvre et de sa durée.

Traitement de LLC

Autrefois, on traitait souvent la leucémie lymphoïde chronique (LLC) par une chimiothérapie seule. De nos jours, grâce au développement de nouvelles approches thérapeutiques du cancer, d’autres traitements sont possibles. Un traitement fréquemment utilisé se compose d’un traitement par anticorps et d’une chimiothérapie (chimio-immunothérapie) ou d’inhibiteurs de tyrosine kinase

Le choix d’une stratégie de traitement dépend de plusieurs facteurs et les traitements sont choisis en fonction des spécificités du patient. Votre médecin discutera avec vous du traitement et de sa durée.

Traitement de DLBCL

Lors de lymphome diffus à grandes cellules B, le traitement vise principalement à guérir la maladie, et non simplement à retarder son évolution. L’immunochimiothérapie est la forme de traitement la plus fréquente en cas de DLBCL. Dans des cas isolés, d’autres traitements peuvent être plus prometteurs que l’immunochimiothérapie. Une transplantation de cellules souches ou de moelle osseuse, ou une radiothérapie sont alors envisagées.

Le traitement approprié et la posologie des médicaments dépendent du stade de la maladie, de l’âge du patient, de son état de santé général et de certaines valeurs sanguines.

Top
Que cherchez-vous?