Carte postale envoyée par Lucile, atteinte de SEP, avec ses impressions du Sri Lanka

Direction le Sri Lanka avec une SEP

Nous voilà enfin au Sri Lanka et les températures sont encore plus élevées qu’en Afrique du Sud. Notre virée au Sri Lanka a commencé à Negombo après 24 heures de voyage éprouvant et nous ne sommes arrivés que tard à notre B&B. Nous nous sommes endormis assez vite, car nous étions vraiment très fatigués.

Des temples, des plages et des courses folles en tuk-tuk

Tout d’un coup, j’ai été réveillée par un bruit fort à mon oreille. J’ai eu tellement peur que j’ai crié très fort. «Rendors-toi», m’a conseillé mon ami dans un murmure. Mais je n’arrivais bien sûr pas à oublier et il fallait que j’allume la lumière pour voir: un énorme cafard se baladait tranquillement sur notre lit! Ainsi la nuit se terminait pour moi à 5 heures du matin. J’ai aussi eu peur quand je suis sortie pour prendre l’air. Une puanteur nauséabonde me monta au nez. Au Sri Lanka, les gens semblent avoir l’habitude de brûler leurs ordures devant la porte de leur maison. En plus, les tuk-tuk, les bus et les scooters passaient à toute vitesse déjà à cette heure en laissant de gros nuages noirs derrière eux. Un premier contact pas vraiment réussi avec ce pourtant si beau pays.

Des bouddhas, des temples et des ondes positives

Nous nous sommes ensuite mis en route vers Kandy, le centre culturel du Sri Lanka, pour visiter le Temple de la dent et l’immense statue blanche de Bahiravokanda Vihara Buddha. Cela m’a fait un effet impressionnant et nous avons profité du calme à l’intérieur du temple dans cette ville bruyante. Nous sommes restés sûrement deux ou trois heures assis sur le sol en bois du temple. Nous avons laissé le calme agir en nous et observé ce qui se passait autour de nous. Ce fut un moment très particulier et nous avons pu ressentir les «good vibes», les ondes positives, émises par le bouddha. Nous avons également visité le temple d’Or dans les grottes de Dambulla et avons été très surpris en découvrant les immenses statues qui ont déjà plus de 2 000 ans.

Des rencontres chaleureuses avec les autochtones

Les habitants du Sri Lanka sont très aimables et chaleureux. Ils vous saluent toujours avec un sourire et sont très curieux de savoir d’où vous venez. C’est une chose que j’aime beaucoup dans ce pays. Une fois, alors que nous nous reposions sur la plage, il y avait des pêcheurs qui ramenaient leurs filets remplis de poissons sur la rive. Ils nous ont appelés et nous ont demandé de les aider. Nous sommes bien sûr tout de suite accourus et avons aidé à ramener la lourde pêche à terre. Une fois le travail terminé, ils nous ont invités, sans que nous nous y attendions, à partager leur repas du soir pour savourer le poisson fraîchement pêché.

Nous sommes donc allés le soir chez Damid, le pêcheur. Nous y avons fait connaissance avec sa famille et il nous a raconté son quotidien et sa vie de pêcheur. Les calmars, les crevettes et le curry aux carottes et haricots étaient délicieux. Damid nous a raconté que son père lui avait appris le métier de pêcheur, mais qu’il avait malheureusement péri dans un accident en mer. C’est lui qui porte maintenant la responsabilité de toute sa famille. Son histoire nous a beaucoup touchés et nous lui avons promis de l’aider le lendemain encore une fois sur la plage.

Each morning we are born again. What we do today is what matters most.
Buddha

C’est justement ce qu’il y a de beau quand on voyage: on fait la connaissance de tellement de nouvelles personnes et de nouvelles cultures et nous avons pris une nouvelle fois conscience de la chance que nous avons. Moi aussi, et cela malgré ma SEP.

Un bonjour chaleureux du Sri Lanka

0