Patient atteint d’un cancer en randonnée

Médecine personnalisée grâce aux biomarqueurs

Chaque patient est unique, chaque cancer est différent. C’est pourquoi le choix du traitement optimal dépend de différents facteurs. Un facteur important et un élément essentiel de la médecine personnalisée sont les «biomarqueurs».

Biomarqueurs et genèse d’un cancer

Le cancer ne présente pas un tableau clinique homogène, il se manifeste sous les formes les plus diverses. Toutefois, toutes les maladies cancéreuses ont en commun de provenir de modifications à l’intérieur de nos gènes. Ces modifications, appelées également mutations, se développent fréquemment au cours de la vie et peuvent être favorisées par exemple par des phénomènes tels que le tabagisme ou la lumière du soleil. Dans quelques cas, il existe aussi une prédisposition génétique héréditaire.

Les mutations génétiques responsables d’un cancer

Mais comment de telles modifications dans nos gènes peuvent-elles être à l’origine d’un cancer ? Chaque corps humain se compose de plusieurs milliers de milliards de cellules. Les cellules saines se multiplient en se divisant. Un exemple nous en est fourni par les phénomènes de cicatrisation ou encore la pousse des cheveux.

Les ADN, à savoir les gènes se trouvant dans une cellule, servent pour ainsi dire de notice de montage pour la formation des nouvelles cellules. Par ailleurs, ils régulent le processus de multiplication cellulaire et toute une série de signaux afin d’empêcher tout excès dans la prolifération, en plus ou en moins. En cas de détérioration de l’ADN d’une cellule (par ex. suite à des facteurs environnementaux), il peut arriver que la cellule concernée ne puisse plus réagir aux signaux qui contrôlent sa croissance. Plus rien alors ne freine la prolifération de la cellule et il peut se former une tumeur. Si, de plus, cette dernière passe inaperçue pendant un certain temps, des cellules peuvent migrer vers d’autres parties du corps pour y former des métastases.

La genèse d’un cancer – Schéma de lésions de l’ADN

1) Une lésion de l’ADN d’une cellule peut transformer des cellules saines en cellules cancéreuses.
2) Plus rien alors ne freine leur prolifération et il se forme une tumeur.
3) Si cette dernière passe inaperçue pendant un certain temps, des métastases peuvent apparaître dans le corps.

Il n’y a pas une tumeur, mais des tumeurs

Pourquoi les traitements standard agissent différemment

Nous savons depuis longtemps que des patients, malgré un diagnostic identique, peuvent réagir différemment à un même traitement médicamenteux. Alors que le traitement peut s’avérer efficace pour l’un, il peut n’avoir aucun résultat pour un autre, voire lui être nocif. Mais cette différence n’est pas imputable au traitement lui-même, mais aux caractéristiques individuelles du matériel génétique du patient.

Des mutations modifient le génome d’une personne et sont tout aussi individuelles que le génome lui-même. Le génome est l’ensemble de toutes les informations génétiques contenues dans la cellule. Mais des facteurs spécifiques à la maladie aussi, comme par exemple une altération de la surface des cellules tumorales du patient, peuvent avoir un impact sur le mode d’action des médicaments. C’est pourquoi il faut établir un profilage génomique complet de la tumeur pour analyser toutes les modifications du génome possibles ayant un lien avec l’apparition de la tumeur.

Quelles modifications s’opèrent dans les cellules tumorales ? Quelles sont les propriétés caractéristiques de ces cellules ? Comment se distinguent-elles des cellules saines ? Il faut, pour savoir si et comment un traitement sélectionné agit sur le patient et sur sa tumeur, considérer de telles modifications dans leur ensemble. Ces dernières sont désignées par le terme générique de «biomarqueurs», mesurables à l’aide d’un profilage génomique des tumeurs.

Qu’est-ce qu’un biomarqueur ?

Un biomarqueur est une caractéristique biologique spécifique de l’ensemble du profil génomique, mesurable d’après des critères objectifs et analysable au niveau clinique; il permet également de détecter des processus biologiques normaux ou pathologiques dans l’organisme. La tension artérielle ou le taux de glycémie sont des exemples bien connus de mesure de biomarqueurs. Certains gènes, produits géniques, molécules ou hormones aussi peuvent être des biomarqueurs et, ainsi, faire partie du profil génomique global d’une tumeur.

Les biomarqueurs sont des caractéristiques mesurables et analysables d’après des critères objectifs.

Certains gènes ou produits géniques dont on sait qu’ils peuvent déclencher ou favoriser une croissance tumorale sont désignés par le terme de «marqueurs tumoraux». Les marqueurs tumoraux et l’analyse du profilage génomique des tumeurs peuvent permettre à l’oncologie moderne de déterminer le traitement le plus susceptible d’agir sur un patient.

Un tournant en oncologie : le traitement ciblé des tumeur

Au cours de ces dernières années, les chercheurs n’ont cessé de découvrir de tels marqueurs tumoraux. À partir de ces découvertes, ils mettent au point peu à peu des médicaments qui attaquent de façon ciblée les marqueurs tumoraux spécifiques. Le nombre d’options thérapeutiques personnalisées augmente proportionnellement à celui des marqueurs tumoraux connus. Il est ainsi possible d’intervenir de plus en plus spécifiquement sur la tumeur individuelle de chaque patient, c’est la raison pour laquelle la médecine personnalisée se définit également comme «médecine de précision».

La médecine personnalisée, également appelée médecine de précision, propose des options individuelles de traitement.

De plus, les médecins sont, grâce aux biomarqueurs et aux profils complets des tumeurs, en mesure d’élaborer des plannings de traitement personnalisés pour les patients atteints d’un cancer. Ils peuvent ainsi ajuster des programmes de traitement spécifiques au type de tumeur de leurs patients. Cette approche présente plusieurs avantages. D’une part, un médicament n’est utilisé que chez les patients pour lesquels il a un effet positif (taux de réponse élevé). D’autre part, on réduit les effets nocifs que les médicaments peuvent avoir sur le foie, lequel est impliqué dans le métabolisme des médicaments. En même temps, le coût des traitements baisse et les effets secondaires diminuent.

Les avantages des biomarqueurs en bref:

  • Meilleure compréhension des causes de la maladie
  • Recherche de nouveaux points d’attaque pour les médicaments
  • Élaboration de traitements sur mesure
  • Impact positif sur l’issue du traitement

Du traitement standard au traitement ciblé

Les perspectives pour les patients se sont améliorées en permanence au cours des années. Ainsi, le taux de décès dus au cancer a baissé de 23 % depuis 1991. Les traitements ciblés notamment ont le vent en poupe : tous les ans, une nouvelle approbation sur cinq concerne un traitement ciblé, et environ 50 % d’entre eux est un traitement anticancéreux.

  • Schéma des différents tests de profilage des tumeurs

    Traitements ciblés

Certaines mutations dans les gènes jouent un rôle décisif dans le choix du traitement anticancéreux approprié. Elles sont différentes pour chaque tumeur et pour chaque patient. Ces mutations peuvent provoquer par erreur une interruption, ou non, de certaines voies de transduction de signal de la communication cellulaire. Il en résulte une croissance cellulaire anarchique et, par suite, une croissance tumorale.

Où les médecins trouvent-ils les renseignements leur permettant de prescrire des traitements personnalisés ? Il existe pour cela certains tests diagnostiques .Les médecins comparent l’état normal de différents gènes, donc de gènes sans mutations, et les particularités génétiques du patient. Les différences constatées permettent alors de déterminer les traitements possibles pour le patient.

Résumé

Les biomarqueurs bouleversent les traitements anticancéreux et ouvrent la voie à un traitement individualisé, appelé également médecine personnalisée.